Téléologie moderne
Troisième partie : L'aliénation comme fondement

IV - Croire

Croire est la route la plus courte de l'émotion à la conscience qui veut conserver sans fin l'émotion dans la conscience.

Il n'y a rien en quoi on ne puisse croire.

Croire est le mouvement de notre partialité, de notre subjectivité rencontrant notre objectivité. Cette rencontre est à la fois antagonique et fusion de l'un dans l'autre. Croire arrive dans l'histoire par la conscience comme contraire de la conscience, mais par l'histoire croire fond dans la conscience qui fond dans le croire et qui devient croyance. Comme croire est jeu entre l'ouverture et le doute, entre le doute et la certitude, croire devient aussi autre, s'aliène, en devenant croyance, puis passe de l'individu au genre en devenant système de croyance.

Lorsque croire perd le plaisir de l'ouverture, et que le doute transforme croire en peur, croire devient une défense, empêche et fige l'aliénation déjà commencée, ferme le possible à la réalité.

Croire est notre élan et notre frein, indispensable pour saisir la nouveauté, indispensable pour la contenir, indispensable pour concevoir l'infini. Dans l'état, puis l'acte, puis l'objet de croire se construit la religion.

La téléologie est le commencement de la critique de la religion.

 


Editions Belles Emotions
La Naissance d’une idée – Tome II : Téléologie moderne Précédent   Table des   matières   Suivant