Téléologie moderne
Deuxième partie : La téléologie comme négation

III - Les limites de l'infini

Très rapidement, dès le début de son exploration, dès qu'elle commence à décliner tout a une fin la téléologie rencontre sa limite : l'infini. Il faut donc, de l'infini, montrer la fin, décliner la limite supposée de la téléologie, l'infini.

C'est une entreprise peu aisée parce que l'infini n'est pas seulement une croyance, mais le fondement de la croyance ; tout comme la croyance est le fondement de l'infini. La difficulté de la réfutation de l'infini n'est pas tant dans la logique, mais dans les préjugés de notre monde si religieux qu'il se croit infini.

Montrer que toutes les vertus de l'infini sont policières est chose plus simple, mais qui se heurte à la même barrière de préjugés. Ce que les défenseurs de l'infini ont peur de perdre, essentiellement, dans tout a une fin, est l'étendue du possible, le fait de pouvoir se mettre hors d'atteinte. Mais l'étendue du possible n'est que dans le possible, c'est-à-dire justement hors d'atteinte. Le possible a sa vérité dans son fondement, la réalité. Et dans la réalité, qui est la fin, il n'y a plus de possible ; rien n'est hors d'atteinte. Aussi le possible, qui est l'étendue de tout ce qui existe, et la réalité sont-ils leur vérité téléologique réciproque : le possible est la superficie de ce qui peut devenir réel, la réalité est la profondeur de ce qui est possible, son ecce homo. Et la téléologie est justement la théorie du monde qui dit que dans le monde rien n'est plus hors d'atteinte. A l'humanité de donner réalité au possible, de ne pas laisser le désir insatisfait. Ce n'est pas la réalité qui aurait un infini dans le possible, c'est le possible qui a sa fin dans la réalité.

Les objections qui sont faites à la téléologie moderne sur l'infini ne peuvent porter que sur la réalité de l'infini et non sur l'existence de l'infini, qui est indiscutable. La réalité de l'infini est une contradiction dans les termes. Il est donc aussi facile de réfuter les infinis mathématiques que les infinis logiques présentés en tant que réalité. Et il est tout à fait vain de discuter leur existence autrement qu'en rappelant que le possible contient l'hypothèse de l'infini comme réalité, mais non sa vérification pratique.

 


Editions Belles Emotions
La Naissance d’une idée – Tome II : Téléologie moderne Précédent   Table des  matières   Suivant